fbpx
mardi, octobre 22, 2019
Accueil > A La Une > Shara Nelson : La voix de Massive Attack

Shara Nelson : La voix de Massive Attack

Par Frédéric Messent

 

Qui ne se souvient de la vidéo de cette femme qui déambule dans les rues de Los Angeles en chantant simplement, sans aucun protagoniste ? Massive Attack venait bouleverser la donne du trip-hop, la tendance du moment, en Angleterre . Et Shara Nelson, sa voix, venait de frapper un gros coup. Depuis, elle a pris son envol…

 

Nelson, vous avez dit Nelson. Un nom célèbre outre-Manche pour avoir été celui de l’amiral victorieux de la bataille de Trafalgar. Alors que ce dernier était à la barre de la flotte anglaise, un homonyme reprenait deux siècles plus tard, le flambeau, à la tête d’un groupe qui allait marquer de son empreinte le début des 90’s. Cela en pleine querre du Golfe.

Impression autant dire…massive, laissée par l’album Blue Lines, et son premier extrait « Unfinished Sympathy », emme­né à la manière d’un langoureux travelling par la voix de miss Nelson. La Nelson a un prénom, Shara, et un premier album solo What Silence Knows, point d’orgue d’un parcours initiatique commencé dès son plus jeune âge à New York.

On la retrouve plus tard à Hambourg avant son retour au pays des bobbies. Shara, sensible à l’extrême,  s’im­prègne de-ci de-là des ambiances qu’elle traverse. Chacun de ses déplacements prend l’allure d’une carte pos­tale qu’elle tente de recréer dans ses interprétations, d’abord pour Tackhead, avec Adrian Sherwood, puis à Bristol avec Massive Attack et la moitié de Soul II Soul, Nelles Hooper. Succès international à la clef qui n’empêchera pas la lead-vocalist d’envisager un avenir autre qu’avec ses partenaires d’alors.

 

« J’ai voulu un album qui implique une démarche (active) de la part du public. II m’a fallu du temps… Je  n’ai pas voulu tomber dans le pièqe du soliste qui reprend ce qu’il avait pu faire au sein d’un groupe… »

 

« Je le savais le départ », explique-t-e!le. « Ils ne voulaient pas y croire. IIs ne l’envisageaient pas ». Sans doute se sentait-elle à l’étroit. « De nombreux titres ne laissent pas suffisamment de champ à l‘auditeur pour perdurer. Un sentiment de trop-plein comme une femme trop maquillée. J’ai voulu un album qui implique une démarche (active) de la part du public. II m’a fallu du temps. Egalement pour le  préparer. Je dirais pour m’y préparer… Je  n’ai pas voulu tomber dans le pièqe du soliste qui reprend ce qu’il avait pu faire au sein d’un groupe ..

On  retrouve pourtant, et pour  cause, cette voix à la fois chaude et aiguisée qui devait faire le succès de Massive. Ces arrangements aussi, avec « Nobody Can » et « Thoughts Of You » … Shara chante au gré de ses états d’âme qui peuvent varier d’une minute à l’autre.  Shara chante ce qu’elle vit et vit  ce qu’elle chante et chaque tre­molo de sa voix se substitue l’un à l’autre en un vaste kaléidoscope émotionnel.

Admirablement orchestré par l’ex-Chimes, Mike Peden, cet album  prouve que si le « silen­ce »  qu’il se veut décrire est d’or, la parole de cette Melody Nelson lui est indissociable…

Shara Nelson,  What Silence Knows  [Cooltempo/Chrysalis)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *