fbpx
mardi, octobre 22, 2019
Accueil > Events > Cinéma > "Set It Off" : Le Prix à payer de Gary Gray

"Set It Off" : Le Prix à payer de Gary Gray

C’est l’histoire de quatre copines d’enfance unies par un même destin. Stony (Jada Pinkett — »Menace To Society », « Le professeur foldingue ») élève son frère depuis la mort de leurs parents ; Tisean (Kimberly Elise) est une mère célibataire désargentée à qui l’assistance publique essaie d’enlever son enfant ; Frankie (Vivica Fox — « Indépendance Day ») perd son boulot d’employée de banque suite au braquage de cette dernière par une de ses connaissances (incarnée par WC du trio Westside Connection); Cleo (Queen Latifah), spécialiste dans le vol de voitures, et accessoirement gouine (Voir BN N°1 ) est une vraie marginale.
Une nuit, le frère de Stony, prêt à entrer à l’université, est abattu par une horde de flics qui l’ont confondu avec un braqueur.

Cette bavure policière sonne le glas de la résignation de ces quatre jeunes filles qui décident de passer à l’offensive contre ce système qui les lamine en le touchant dans ce qu’il a de plus significatif : l’argent. Elles s’approvisionnent en armes chez Sam (Dr Dre). Elles attaquent des organismes financiers, chacune pour des raisons bien personnelles mais finalement communes : sortir de leur ghetto de L.A. Avec force détails, Gary Gray, dresse le portrait de quatre femmes différentes liées par une amitié indéfectible. Frankie est expansive ; Cleo, une tête brûlée ; Tisean, une timide maladive et Stony, la plus raisonnable, vit une aventure de rêve avec Keith (Blair Underwood — Jonathan Rollins dans la série télé « La loi de Los Angeles »), une ponte de la finance sortie de Harvard.
Entre scènes folles de courses poursuites, avec la panoplie d’hélicoptères, symbole de la surveillance des ghettos de L.A et d’attaques éclairs, Gary Gray, distille son message. « Que serons-nous dans 5 ans ?…N’avons-nous que cette seule solution ? » interroge Stony. « Je suis une zonarde et je ne me projette pas dans l’avenir », répond Cleo. Et cette image de Keith, enfant né du bon côté de la barrière, qui découvre un restaurant de la hood dirigé par des Noirs. Autant de questions toujours d’actualité dans la communauté noire que soulève Gary Gray pour mieux nous impliquer dans l’histoire. Ni manichéen ni cliché, ce film bourré d’images fortes comme une série de clips vidéos ne tombe pas dans la facilité d’un happy end hasardeux mais expose une fin réaliste. Avec sa note d’espoir.

Elia Hoimian 

Set It OFF, Gary Gray, sortie le 25 juin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *