fbpx
dimanche, septembre 23, 2018
Accueil > A la Une - Archives > Rebbie, l’autre Jackson

Rebbie, l’autre Jackson

Par Léonard Silva

She’s  petite,  gracieuse Rebbie et  souriante.  Maureen Jackson  alias  Rebbie,  au  langage  doux et  simple,  membre  de  l’une  des  plus grandes  dynasties  de  la  musique  populaire, n’est  pas  la  chanteuse  R&B  classique  ni  la  « soul-songstress »  au  sens  « roots »  du terme. Nous avons rencontré l’aînée de la famille à l’occasion de son quatrième album.

Rebbie  puise ses  racines  dans  le  creuset  de  la  première  mouture Motown  et  autres  Solar  Records. Aux  confluences  de  la  soul-funk  70’s  et  du  R&B,  formatée  avec  l’aide  de  producteurs  en  vue (le  Britannique  Elliot  Kennedy,  ]’Américain  Keith  Thomas  entre  autres)  et  de  son  frère  Michael, sa  musique  est  à  la  fois  « groovy »  et  « soulful »,  véhiculant  principalement  le  message  de l’amour.  N’est-ce  pas  là,  rechercher  une  certaine  facilité  lorsqu’on  sait  la  complexité  du  monde où  l’on  vit?  « Non,  non,  rétorque-t-elle.  Si  on  tient  compte  de  tous  les  problèmes  qui  touchent à l’heure  actuelle  nos  sociétés,  c’est-à-dire  la  violence,  l’agressivité,  le  mal de  vivre,  les  difficultés  dans  les  relations,  j’estime  que  parler  d’amour  ne  sera  jamais  assez. » ­

« Le  succès  dépend  largement  de  plusieurs  facteurs,  et  dans  mon  cas,  j’ai  toujours  voulu maintenir  mon  indépendance  et  ne  pas  vivre  dans  l’ombre  de  mes  frères. Si  mon  troisième  album  n’a  pas  marché,  c’est  dû  à  des  rai­sons  qui  me  dépassent »

Dix  ans  après  la  sortie  de  son  troisième  album,  R U Tuff  Enuff  (1988),  qui  n’a  pas  rempli  ses objectifs,  et  après  avoir  collaboré  avec  une  brochette  impressionnante  de  grosses  pointures (Isaac  Hayes,  le  rappeur  Melle  Mel,  Ray  Charles,  James  Brown,  Zapp  de  Roger  Troutman,  TLC), celle  qui  a débuté  sa  carrière  en  faisant  les  chœurs  pour  ses  frères  (Jackson  Five)  au  début des  années  70,  aime  à relativiser  son  manque  de  succès.
« Le  succès  dépend  largement  de  plusieurs  facteurs,  et  dans  mon  cas,  j’ai  toujours  voulu maintenir  mon  indépendance  et  ne  pas  vivre  dans  l’ombre  de  mes  frères.  Au  delà  de  la  pres­sion  que  représente  mon  appartenance  à une  famille  qui  a  façonné  la  musique,  j’ai  toujours tenu  à  faire  mes  choix  artistiques.  Si  mon  troisième  album  n’a  pas  marché,  c’est  du  à  des  rai­ sons  qui  me  dépassent:  Vous  savez,  dans  cette  industrie,  il  y  a  des  réponses  qu’on  n’aura jamais.  En  choisissant  le  thème  de  l’amour pour  ce  nouvel album,  j’ai  voulu  partager  avec des  milliers  d’autres  gens  une  question  qui  nous  concerne  tous.  N’importe  qui  sur  notre pla­nète  est  sûrement  concerné  par  les  relations  amoureuses  et  humaines.  Et  indépendamment de  l’aspect  commercial,  ce  sujet  sera  toujours  présent  dans  la  vie  de  tout  un  chacun.  On  en  a tous  besoin,  que ce  soit  sur  le  plan  individuel  ou  collectif.  D’ailleurs,  ce  n’est  pas  un  hasard  si la  chanson-thème  du  film  « Titanic »  a  eu  un  si  grand  impact  dans  le  monde  entier.  C’est  du  au  fait  que  tout  le  monde  peut s’identifier  à  ce  sujet.  Le  choix  du  titre  de  mon  album,  Yours Faithfully,  c’était pour  dire  aux  gens  –  même  si  pendant  longtemps,  je  n’ai pas  été  sous  le  feu des  projecteurs  –  que je  tenais  à partager  quelque  chose  avec  eux.  Quelque  chose  de  simple et  d’essentiel,  l’amour  est  un  thème  universel  qui  dépasse  les  frontières. »
Rebbie  Jackson,  Yours  Faithfully  (Epic)

Par Léonard Silva

Elle est  gracieuse et  souriante.  Maureen Jackson  alias  Rebbie,  au  langage  doux et  simple,  membre  de  l’une  des  plus grandes  dynasties  de  la  musique  populaire, n’est  pas  la  chanteuse  R&B  classique  ni  la  « soul-songstress »  au  sens  « roots »  du terme. Nous avons rencontré l’aînée de la famille à l’occasion de son quatrième album.

 

Rebbie  puise ses  racines  dans  le  creuset  de  la  première  mouture Motown  et  autres  Solar  Records. Aux  confluences  de  la  soul-funk  70’s  et  du  R&B,  formatée  avec  l’aide  de  producteurs  en  vue (le  Britannique  Elliot  Kennedy,  ]’Américain  Keith  Thomas  entre  autres)  et  de  son  frère  Michael, sa  musique  est  à  la  fois  « groovy »  et  « soulful »,  véhiculant  principalement  le  message  de l’amour.  N’est-ce  pas  là,  rechercher  une  certaine  facilité  lorsqu’on  sait  la  complexité  du  monde où  l’on  vit?  « Non,  non,  rétorque-t-elle.  Si  on  tient  compte  de  tous  les  problèmes  qui  touchent à l’heure  actuelle  nos  sociétés,  c’est-à-dire  la  violence,  l’agressivité,  le  mal de  vivre,  les  difficultés  dans  les  relations,  j’estime  que  parler  d’amour  ne  sera  jamais  assez. » ­

 

« Le  succès  dépend  largement  de  plusieurs  facteurs,  et  dans  mon  cas,  j’ai  toujours  voulu maintenir  mon  indépendance  et  ne  pas  vivre  dans  l’ombre  de  mes  frères. Si  mon  troisième  album  n’a  pas  marché,  c’est  dû  à  des  rai­sons  qui  me  dépassent »

 

Black News Update 7, 1998

Dix  ans  après  la  sortie  de  son  troisième  album,  R U Tuff  Enuff  (1988),  qui  n’a  pas  rempli  ses objectifs,  et  après  avoir  collaboré  avec  une  brochette  impressionnante  de  grosses  pointures (Isaac  Hayes,  le  rappeur  Melle  Mel,  Ray  Charles,  James  Brown,  Zapp  de  Roger  Troutman,  TLC), celle  qui  a débuté  sa  carrière  en  faisant  les  chœurs  pour  ses  frères  (Jackson  Five)  au  début des  années  70,  aime  à relativiser  son  manque  de  succès.
« Le  succès  dépend  largement  de  plusieurs  facteurs,  et  dans  mon  cas,  j’ai  toujours  voulu maintenir  mon  indépendance  et  ne  pas  vivre  dans  l’ombre  de  mes  frères.  Au  delà  de  la  pres­sion  que  représente  mon  appartenance  à une  famille  qui  a  façonné  la  musique,  j’ai  toujours tenu  à  faire  mes  choix  artistiques.  Si  mon  troisième  album  n’a  pas  marché,  c’est  du  à  des  rai­ sons  qui  me  dépassent:  Vous  savez,  dans  cette  industrie,  il  y  a  des  réponses  qu’on  n’aura jamais.  En  choisissant  le  thème  de  l’amour pour  ce  nouvel album,  j’ai  voulu  partager  avec des  milliers  d’autres  gens  une  question  qui  nous  concerne  tous.  N’importe  qui  sur  notre pla­nète  est  sûrement  concerné  par  les  relations  amoureuses  et  humaines.  Et  indépendamment de  l’aspect  commercial,  ce  sujet  sera  toujours  présent  dans  la  vie  de  tout  un  chacun.  On  en  a tous  besoin,  que ce  soit  sur  le  plan  individuel  ou  collectif.  D’ailleurs,  ce  n’est  pas  un  hasard  si la  chanson-thème  du  film  « Titanic »  a  eu  un  si  grand  impact  dans  le  monde  entier.  C’est  du  au  fait  que  tout  le  monde  peut s’identifier  à  ce  sujet.  Le  choix  du  titre  de  mon  album,  Yours Faithfully,  c’était pour  dire  aux  gens  –  même  si  pendant  longtemps,  je  n’ai pas  été  sous  le  feu des  projecteurs  –  que je  tenais  à partager  quelque  chose  avec  eux.  Quelque  chose  de  simple et  d’essentiel,  l’amour  est  un  thème  universel  qui  dépasse  les  frontières. »

Rebbie  Jackson,  Yours  Faithfully  (Epic)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *