fbpx
Accueil > En couverture > R Kelly encore sur la sellette

R Kelly encore sur la sellette

Par Black News

 

A l’époque de #MeToo et #TimesUp, la star R&B est sous le feu des projecteurs concernant un certain nombre de prétendues transgressions. Un mouvement, #MuteRKelly (Bâillonner R. Kelly), est en marche…  Mais R. Kelly riposte via un titre, « I Admit ».

 

Kelly a sorti, lundi, un titre surprise – une « confession » de 19 minutes intitulé « I Admit » (« J’admets ») – qui aborde des années de tumultes au sujet de sa vie privée. Il y égrène une suite d’actes dont l’infidélité, le fait d’avoir cocufié sa copine avec la meilleure amie de cette dernière, des relations sexuelles avec des fans et des strip-teases chaque semaine. Il y reconnaît également «quelques erreurs», justifie ses imperfections Kelly, et prétend avoir d’aider quelques-uns de la profession qui se seraient ensuite retournés contre lui. La chanson, vise également certaines célébrités dont que le chanteur John Legend, l’animateur de talk-show Wendy Williams et le journaliste Jim DeRogatis qui auraient critiqué le chanteur.

 

R Kelly n’a pas fait de commentaires sur le titre, mais a déjà nié tout acte répréhensible sur la série d’accusations qui jalonnent sa carrière. La première remonte à 1994, alors que le chanteur avait 27 ans et avait épousé sa protégée, Aaliyah, alors âgée de 15 ans. Le mariage avait été annulé par la famille d’Aaliyah, rapporte le Chicago Sun-Times.

En 1996, Tiffany Hawkins a intenté un procès contre lui et ses maisons de disques, d’édition, arguant des dommages émotionnels suite à ce qu’elle prétendait être une relation sexuelle alors qu’elle n’avait que 15 ans. Cette affaire avait été réglée à l’amiable – de même que celle entamée en 2001 par l’ancienne stagiaire d’Epic Records, Tracy Sampson, qui avait avoué une relation sexuelle avec le chanteur à l’âge de 17 ans.

En 2002, Kelly a été inculpé d’accusations de pornographie juvénile pour avoir soi-disant filmé des relations sexuelles avec une fille mineure non identifiée. L’affaire a été jugée en 2008 et il a été acquitté. Kelly, 51 ans, l’une des plus grandes stars du R & B des années 1990, a nié à plusieurs reprises tout acte répréhensible.

En 2017, une femme de 24 ans a affirmé avoir eu une relation sexuelle avec Kelly quand elle avait 16 ans. Kelly a nié l’accusation et aucune plainte n’a été déposée. En juillet dernier, un article explosif de Buzzfeed, écrit par DeRogatis, affirmait que le chanteur tenait contre leur volonté un groupe de femmes adultes dans le cadre de ce que certains de leurs parents ont qualifié de «culte». Kelly n’a pas commenté, mais son avocat a rejeté les allégations. L’une des femmes a par la suite nié publiquement qu’elle était «soumise au lavage de cerveau» de Kelly et a déclaré: «Je vais tout à fait bien. »

Et en mai, une femme de 20 ans a porté plainte contre le chanteur, affirmant qu’il lui avait illégalement donné de l’alcool, l’avait agressée et lui avait transmis une MST. (CNN)

 

Le sens de « I Admit »

 

Kelly prétend avoir été agressée sexuellement par un membre de sa famille depuis l’âge de 14 ans.« J’ai tellement peur de dire quelque chose, alors je mets la faute sur moi », chante-t-il. Il admet également avoir abandonné l’école, avoir menti, bu et beaucoup fumé (de l’herbe), ne pas être capable de lire à cause de la dyslexie et ne pas posséder sa propre musique. Et il avoue être « au plus bas ».

Kelly admet être impliquée avec « les femmes âgées et jeunes », mais juge l’accusation de pédophile comme « folle. » Le chanteur rejette les allégations selon lesquelles il aurait «lavé le cerveau» ou «kidnappé» des femmes comme si elles étaient «idiotes» et accuse un père de laisser tomber sa fille au concert où elle et le chanteur se sont rencontrés. Son conseil aux parents: « Ne poussez pas votre fille vers moi et me dire ensuite que tout va bien. »

 

« Vas-y et lapide-moi, montre-moi du doigt, tourne le monde contre moi, mais seul Dieu peut me réduire au silence. »

 

La croisade de la profession

A l’image d’un Weinstein, la profession commence à se liguer contre le chanteur. Un nombre croissant de célébrités ont exhorté l’industrie du divertissement à couper les liens avec Kelly. Une poignée de ses concerts de l’année dernière avaient d’ailleurs été annulés, et Spotify a annoncé en mai qu’il retirait Kelly de toutes ses playlists et recommandations algorithmiques. Lundi soir, « I Admit » n’apparassait effectivement pas sur Spotify.

Dans « I Admit », Kelly riposte : «Aujourd’hui, je ne sais pas quoi dire d’autre, sauf que je suis accusé à tort … Dis-moi comment peux-tu juger quand tu n’as jamais eu mon vécu», chante-t-il. « Vous pouvez avoir vos opinions, avoir droit à vos opinions … mais est-ce que je suis vraiment supposé aller en prison ou perdre ma carrière à cause de votre opinion?

« Ouais, vas-y et lapide-moi, montre-moi du doigt, tourne le monde contre moi, mais seul Dieu peut me réduire au silence. »

Cette dernière phrase semble être une réponse au mouvement #MuteRKelly en ligne contre le chanteur.

Source : CNN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *