fbpx
dimanche, décembre 16, 2018
Accueil > En couverture -Archives > Oxmo Puccino, teint  cigare  Monte  Cristo

Oxmo Puccino, teint  cigare  Monte  Cristo

Propos recueillis par Elia Hoimian

 

Oxmo, le rappeur au cigare, est, sans contexte, le plus talentueux de sa génération. Puccino a le flow et les lyrics déroutants. Il est en passe de réaliser un véritable putsch sur le rap français.

 

Oxmo  « Teint  cigare  Monte  Cristo,  toujours  gros,  mauvais  dossier  de  chez Weight  Watchers »,  23  ans,  ne  rappe  que  depuis  trois  ans.  Pourtant,  son premier  album,  Opéra  Puccino,  pourrait  redéfinir  les  contours  d’un  rap français  qui  se  mord  un  peu  la  queue.  Entre  un  Fabe  aux  propos  acérés tels des  flèches  qui  ne  manquent jamais leurs  cibles et  un  Passi,  narratif,  il y a Oxmo,  l’équilibriste  de  la  rime,  qui  a su  éviter  les  écueils trop  visibles de l’egotrip  underground  et  les  sirènes  loufoques  et  illusoires  du  rap  FM aseptisé.  Oxmo  n’a  rien  inventé.  « Tout  ce  dont  je  parle,  ce  n’est  pas quelque chose que j’ai décrété, ce n’est que ce que je vois, et personne ne peut me dire que ce n’est pas vrai. »  Il se contente en effet, de marteler des évidences, mais avec une maestria peu commune. Morceaux choisis.

« Je suis né en Afrique noire/Malien, je suis Bambara/…Les marionnettes vaudou, Bounty, disent à tout va qu’ils sont pas comme nous/M’affichent devant les Babtous… »(« Sortilèges »)

« Un Métis  ne  symbolise  la  paix  qu’après  sa  venue  au  monde/ heureusement  que  l’amour se  moque  de  la  honte/Attendre  tes  8  piges pour entendre  des  gens  demander  à ton  teint  qui  sème  la  confusion, dans quel  camp t’es? »  (« Qui  peut  le  nier? »)

« Perdre  son  père,  c’est  dur/Même si  la  mère  persévère, ça  sert,  mais pas à trouver  ses  repères,  c’est  sûr …  Mon  teint  cigare  Monte  Cristo,  esprit ténébreux,  triste  esprit  halogène/Au  micro,  j’ai  la  rime  lacrymogène »(« Mama  Lova »).

« L’enfant  seul  se  méfie  de  tout  le  monde,  pas  par  choix,  mais  par dépit/pense  qu’en  guise  d’amie,  son  ombre  suffit …/Mes  mots  s’emboîtent,  les  gens  s’y  voient  comme  dans  une flaque  d’eau/Ça  leur  renvoie­ un  triste  reflet,  mais  est-ce  ma  faute  ? »  (« L’enfant  seul »)

« La jalousie  suinte  sur  le  front  de  ceux  qui  sont  le  moins  loin  de  toi/ Les mêmes  censés  avoir  le  cran  de  prendre  soin  de  toi,  tu  vois/Un des frères  moins  aimé  que  l’aîné  par  sa  mère  dès  l’enfance  com­mence  la  sale  guerre/Les  frères  grandissent,  la  plaie  reste  ouverte, pleine  de  haine … /Les  chiens  se  bouffent,  fichent  la  paix  aux riches/Et  piègent  la  niche  du  voisin/Un  peuple  appauvri  se  tue  à coup de  gris-gris/Ainsi  Dieu trie,  prend  les  bons,  et  laisse  les  maudits entre eux » (« Amour  et  jalousie »).

« Tu me fais  flipper  comme  l’exorciste  sauf  que  là,  il  s’agit  de  tes  faux cheveux  et  de  leur  prix  exorbitant/…/Ou comme mes potes perdus dans la téci comme des boy-scouts sans boussole qui se bousculent au fond du gouffre …  » (« Peur noire »)

Oxmo  va  en  frustrer  plus  d’un,  et  obliger  les  autres  à  se  remettre  en question. Opéra Puccino, produit par Time Bomb, réduit à DJ Mars, Seeq (ex Little MC)  à  la  production,  et  Ricky (manager),  après  le  départ de  Lunatic  et  XMen,  regorge  de  merveilles  sonores  telles « Qui  peut  le  nier? »,  « Amour  et  jalousie », « Sacré  samedi soir »  (le  plus éton­nant),  « La  lettre ».  On  pourra  lui  reprocher  d’avoir  été  enregistré  un  peu trop rapidement,  « En un  mois  et  demi,  deux  mois ».  Cet  album  résolument différent,  injecte  du  sang  neuf  au  rap  français,  mais  manque d’ambition  car il  aurait pu  révolutionner  le  rap  français.  Qu’importe,  après  Oxmo,  le  rap français  ne  sera  plus jamais pareil,  La  Black Mafia  monte  au  pas  de  char­ge.  « Black  mafia,  c’est  un  concept,  un  état  d’esprit.  Tu  sais,  dans  Time Bomb,  il  y  a  beaucoup  de  Noirs,  l’idée  de  la  mafia,  c’est  l’organisation et  la  rigueur. »

 

Black  News  Update  :  Black  Mafia  pour  un  groupe  qui  n’est  pas exclusivement  noir,  ça  se  justifie  ?

Oxmo : Bien  sûr  qu’on  peut le  dire,  c’est  un  mot  que j’ai  lancé … c’est un  gimmick, je  dis  Black  mafia  parce  que  dans  les  films  de  mafioso,  il n’y a pas de Noirs, ça me fait marrer de dire Black Mafia parce que ça surprend  ; on  ne  dit  pas  White  mafia  ou  Chinese  mafia,  c’est  normal, mais  c’est  un  mot  qui  va  disparaître  parce  qu’il s’est  un  peu  trop popularisé.

 

« Etre  Noir,  c’est  déjà  une  difficulté,  un  handicap,  il  faut  dire  ce  qui est.  Ce  qu’il  faut,  c’est  afficher une  certaine  fierté.  Un  bounty  est un  bounty,  il  fait  ce  qu’il  veut,  je ne  suis  pas  là  pour  faire  la  police… »

 

 

BN  U  : Qu’est-ce  qui  est  le  plus gênant,  le  fait d’être  « bounty »  ou  de s’afficher  devant  les  Babtous  ?

Oxmo  :  Le  fait  d’être  bounty.  Parce  qu’être  Noir,  c’est  déjà  une  difficul­té,  un  handicap,  il  faut  dire  ce  qui  est.  Ce  qu’il  faut,  c’est  afficher  une certaine  fierté.  Si  vous  êtes  dix  par  exemple  et  qu’il  y en  a  un  qui  s’af­fiche,  il  va  niquer les  autres,  tu  vois  ce  que  je  veux  dire  ? Quand  tu  vas chercher du boulot, quand le mec te dit non, ce n’est pas pour toi mais peut-être pour  un  qui est  déjà  passé  et  qui  n’a  pas  assuré.  C’est  ce  dont je  parle,  ceux  qui grillent  les  autres ; tu  peux  te  griller tout  seul,  ce  n’est pas  grave,  mais  si  en  le  faisant,  tu  grilles  les  autres,  c’est  dommage,  tu vois.  Un  bounty  est  un  bounty,  il  fait  ce  qu’il  veut,  je  ne  suis  pas  là  pour faire  la  police,  mais  quand  il  me  grille dans  mon  travail,  ça  me  dérange.

BN  U  :  Mais  combien  de  Blancs  n’assurent  pas  et  pourtant  ça  n’a aucune  incidence  sur  les  autres,  dans  notre  cas,  on  doit  payer  pour les  précédents…

Oxmo  : Je  vais  te  dire  un  truc,  quand tu  es  Noir,  tu  l’es  et  c’est  à  toi  de faire  en  sorte  d’assumer  ton  handicap  et  de  travailler  plus  que  les autres  pour te  faire  valoir,  tu  n’as  pas  droit  à  l’erreur,  sinon  tu  es  plus montré  du  doigt,  c’est  tout.  Quand  un  Noir  arrive,  on  va  le  calculer d’une  certaine  manière,  donc  c’est  à  nous  de  ne pas faire ce  que les gens attendent de nous.

BN  U  :  Nous  faisons  la  musique,  mais  ce  n’est  pas  nous  qui dirigeons…

Oxmo : C’est  une  question  d’organisation,  tu  sais  comment sont  les  Noirs entre  eux : la  jalousie,  l’envie,  le  sexe  et  tout.  Tout  est  lié,  c’est  toujours  la même  chose.  Pourquoi  envier  celui  qui a de l’argent,  et  les femmes? Car c’est  le  premier  truc  qui  arrive quand tu  as de  l’argent,  les  femmes, c’est le premier truc qu’on t’envie, une des  sources du problème.

BN  U  :  Une  Noire  qui  porte  des  mèches,  c’est  grave ?

Oxmo  :  Non,  c’est  pas  grave,  mais  ça  me  fait  rire.

Ricky  (le  manager)  :  Ce  qui  est  marrant,  les  femmes,  tu  les  vois,  elles se  font  belles  avec  leurs  mèches  et  tout,  mais  quand  tu  vas  les  dra­guer… alors  qu’elles  se  sont  faites  belles  pour se  faire  draguer.

Oxmo  :  Exactement,  si  elles  se  font  belles,  c’est  pour  plaire,  et  quand tu  leur tires  les  cheveux,  elles te  font  croire  que  c’est  les  leurs,  mais  ce n’est  pas  leurs  cheveux  (rires).  Moi,  je  critique  simplement le  fait  de  porter  de  faux  cheveux  et  d’en  afficher  une  fierté, c’est tout,  je ne discute pas les goûts des gens…

 »Un  ennemi,  c’est  son  bou­lot  de  te  faire  chier,  mais quand  le  mal  vient  de  l’intérieur,  c’est  ça  qui  fait  le plus  mal. »

 

BN  U  :  Les  collaborations …

Oxmo :  Ça  s’est  fait  sur  le  volet,  on  était  en  studio,  et  je voulais  Freeman  parce  que  c’est  quelqu’un que j’apprécie aussi  bien  artistiquement  que  personnellement,  l’émotion qu’il  a apporté était  un  plus ; quant à  K’Reen,  pour moi,  c’est  de loin la  meilleure  actuellement  au  rayon  R&B  sur  le  marché.  Autant prendre  les  meilleurs  avec  soi,  le  reste  s’est fait  sur des  coups  de  fils.

BN U  :  « On  te  jette  en  BEP  quand  tu  veux  faire  une  faculté  de lettre… »,   tu  ne  trouves  pas  que  c’est  un  raccourci  un  peu  facile ?

OX :  Quand j’étais  en  5e  et  que  je  déconnais  un  peu  en  cours  mal­gré mes  bonnes  notes,  qu’on  me  convoquait  en  conseil d’orientation, ils voulaient  m’envoyer  en  BEP  Hôtellerie  parce  qu’il  y en  avait  une  en face, j’ai trouvé que c’était un chemin un peu court (…) Tu  sais,  le  sys­tème  scolaire  en  France  est  fait  de  telle  sorte  qu’on  envoie toujours  les mêmes sur  le  même  chemin.  Ça  veut  dire  qu’on  te  prend  au  col  au conseil  d’orientation,  on  te  dit  « voilà  ce  qu’il  y a  pour  toi,  un  bon  truc pour toi,  comme  ça  tu  pourras travailler  très  vite »,  et  comme  les  parents ne savent  pas  trop  comment  ça  se  passe,  ils  croient  que  c’est  une  bonne  chose  ; parce  que  les  gens viennent  avec  un  aspect  convaincant et après, tu  te  retrouves  avec  tous  les  Noirs et  les  Arabes  dans  le  même secteur.

Mais  il  se  trouve  qu’ils  ne  sont  pas  intéressés  par  ce  qu’ils  font parce qu’ils  ne  l’ont  pas  choisi,  ils  se  désintéressent  ainsi  de  l’école,  ils voient  les  mecs  à côté  qui  se  font  facilement  de  l’argent  et  tout,  y’a  pas photo,  tu  vois.  J’ai  vu  des  petits  qui,  quelques années  plus tard,  font  un BEP parce  qu’ils ne  connaissent  que ça, tu vois.  (…) Moi  en  5e,  on  m’a proposé un  BEP,  mais  j’ai  été  jusqu’à­ la  Fac  de  Science  et  Economie, puis j’ai  fait  un  BTS  en  Action Commerciale  et  du  Commerce International,  je  n’ai  arrêté  que  l’année­ dernière,  parce  que  je  sais  que les études,  ce  n’est  pas  une  bonne alternative  pour  moi,  car  je  n’aurai pas ce  que je  mérite.  Si  tu  ne  veux  pas  t’en  sortir par toi-même,  eh  bien, on ne te  donne  rien  du  tout.

 

« Le  système  scolaire  en  France  est  fait de  telle  sorte  qu’on  envoie  toujours  les mêmes  sur  le  même  chemin … Dans  les  quartiers  difficiles,  les  exemples  que  tu  as autour de toi, c’est pas toujours les meilleurs. Le schéma  de la  réussite, c’est  celui qui  a  la BMW à  19  ans, pas celui qui  bosse  pour  survivre… » »

 

BN U  : Mais  pourquoi  arrêter  en  si  bon  chemin,  tu  aurais  pu  obtenir un boulot …

OX : Non,  non,  non.  Quand j’étais  au  collège,  on  m’a  dit  qu’avec  un BTS, tu  te  fais  une  patate  deux  par  mois  (12  000  F),  je  m’étais  alors  dit que c’était  intéressant.  Le  temps  passe,  j’arrive  au  BTS  et  je  vois  qu’avec ce diplôme,  tu  ne  touches  que  le  SMIC,  tu  vois.  Imagine  que  je  conti­nue et  qu’au  bout  on  me  dise  que  tu  peux  gagner  le  SMIC  avec  un  Bac+4 ? Je  vais  faire  quoi,  moi,  après ?

BN U : Il  y  a  quand  même  des  gens  qui  habitent  dans  la  même banlieue,­ qui  arrivent,  malgré  tout,  à  faire  des  études …

OX : C’est  une  question  d’éducation  parce  que  dans  les  banlieues, les quartiers  difficiles,  les  exemples  que  tu  as  autour  de  toi,  c’est  pas toujours  les  meilleurs.  Quand  tu  vois  un  mec  qui va  à  l’école  et  fait  des petits  boulots  pour survivre,  et  qu’à  côté,  un  autre  a  une  BMW  à  19  ans, ton schéma  de  la  réussite,  c’est  celui-là.  Les  parents  ne  sont  pas  toujours médecins, donc ton exemple de réussite, c’est celui qui a la BM.

BN U : « J’ai des amis dans chaque race, ça n’empêche pas les Renois et les rebeus de se patater pour un terrain de foot… »

OX : Parce que… je ne sais pas comment le dire… Parce qu’il y a de l’adversité entre eux, il y en a déjà entre les races, entre les Antillais et les Africains, entre les Martiniquais et les Guadeloupéens, les Africains selon les pays, à ça tu rajoutes les Rebeus qui, entre eux ont des dissensions, tu mets tout ça ensemble, ça fait qu’on se tape dessus. Moi, je me suis déjà plusieurs fois fait traiter de « Karlouch » (Noir en Arabe, a souvent un caractère péjoratif. Ndlr) et vice-versa, ça ne fait pas avancer les choses. C’est une frustration qui vient du fait qu’on vit tous ensemble  et  qu’on  est  dans  la  merde,  alors  on  cherche  à  le  reprocher à  quelqu’un,  on  se  défonce  sur  le  voisin,  il  n’y  a  pas  d’autres  explica­tions,  tu  sais,  c’est  simple.

BN  U  :  Que  symbolise  « Chateau-Rouge »  (station  de  métro  où  les Noirs  font  leurs  courses)  pour toi  ?

Ricky :  Pour  moi,  honnêtement,  « Château-Rouge »  signifie  que  nous,  les Noirs,  on  n’avancera  pas,  c’est  méchant  de  dire  ça,  mais  quand  tu  y  vas qu’est-ce  que  tu  achètes ?  La  nourriture  de  nos  pays.  Mais  qui  la  vend ? Ce  sont  les  Chinois.  Est-ce  qu’ils  sont  là  avant  nous  ? Non.  Ils  viennent d’arriver,  ils  sont  arrivés  en  80,  on  disait  « Oh,  les  pauvres  boat  people, nanan nanan … Eh ouais, mais les boat people, c’est eux qui nous vendent notre propre nourriture.

Oxmo : Ça, c’est le travail.

BN  U  :  Ce  n’ est  pas  une  question  de finances ?

Ricky : Non,  non,  non, c’est  parce  qu’ils sont  organisés  et  solidaires,  combien de  Noirs  le  sont  entre  eux  ?

Oxmo : Tu  viens  de  me  dire  que  c’est les finances,  mais quand tu  vas  dans les soirées  africaines,  à  part  les  soirées  de  Présidents  ou  de  bourgeois,  qui est  habillé  le  plus  cher ? Des  Weston  à  3000  balles,  des  costards  à  une barre,  si  tu  as  de  l’argent  pour  t’acheter  trois  paires  de  Weston,  tu  peux en  trouver  pour  ouvrir  un  magasin.  Et  ça,  c’est  dans  le  monde  entier,  à New  York,  tu  peux  pas  t’imaginer  l’argent  qui  part  dans  les  vêtements (…) Quand  je  vois  ça,  je  n’ai  pas  les  nerfs  envers  les  cistesra  (racistes Ndlr),  un  ennemi,  c’est  son  boulot  de  te  faire  chier,  tu  vois  ce  que  je veux dire,  Le  Pen,  c’est son  boulot de  te  faire chier,  il  fait  partie  du  décor. Mais quand  le mal  vient de l’intérieur,  c’est  ça  qui  fait  le  plus  mal.

BN  U  :  Pas  trop  pessimiste  comme  discours  ?

Oxmo  :  Non,  réaliste,  c’est  ça  le  plus  triste,  tu  ne  peux  pas  nier  ce que je  viens  de  te  dire  là …  Ça  m’attriste  ce  que je  dis,  mais  c’est  ce que  j’observe …

Je  vous  épargne  les  longues  discussions  entre  Noirs  qui  veulent  refaire le  monde …

Oxmo  Puccino,  Opéra  Puccino  (Delabel)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *