fbpx
lundi, juillet 23, 2018
Accueil > En couverture -Archives > Outkast : Hey Ya !

Outkast : Hey Ya !

Par Damien  Conaré

 

Andre Benjamin (Drej) et Antwan Patton (Big Boy), les deux rappeurs « hors normes » d’Outkast n’ont pas manqué le rendez-vous du second album souvent fatal pour qui a eu un début de carrière sur des chapeaux de roue. Bien au contraire.

 

Atliens fait sans contexte partie des albums les plus novateurs de l’année, confirmant du coup la position de plus en plus prépondérante d’Atlanta dans la géographie du rap américain.

Atlanta  mais  aussi  et  surtout  Organised  Noise,  le  trio  de  producteurs  à la  marque  de fabrique  géniale  et  originale  dont  ont  aussi  profité  Goodie  Mob,  Society  Of  Soul.  Bruitages  inédits,  arrangements  de  chœurs  féminins  subtilement  travaillés, usage  massif  d’instruments  live  placés  très  en  avant  au  mixage.  Organised  Noise  ne laisse  rien  au  hasard.  Les  merveilles  de  réussite  que  sont  « Elevators »  (« Me  &  You », « wheeh  Of  Steel »  ou  encore  « Babylon »  en  sont  la  preuve  flagrante.  Outkast  anticipe les  évolutions  futures  et  se  place  résolument  en  position  de  leader  sur  une  voie  que ne  manqueront  pas  d’emprunter  les  « suiveurs »  en  mal  d’inspiration.

En  réalisant  notre  premier  album,  on  ne  s’attendait  vraiment pas  à  vendre  autant. Par  contre,  on  savait  que  les  sujets  abordés  dans  nos  textes  étaient  susceptibles  de toucher  pas  mal  de  monde.  Ce  succès  immédiat  nous  a  appris  que  la  musique  est un  média  très  important,  qu’elle  peut influencer  les  gens.  En  ce  sens,  on  a  mesuré  la  responsabilité  qui  était  la  nôtre  en  tant  qu’artistes.  On  l’assume,  on  a conscience  du  fait  de  servir  de  modèle  pour  de  nombreux jeunes.  C’est  un  rôle  que  l’on ne  Joue  pas  volontairement  mais  ça  fait  partie  du  méfier.  A  partir  du  moment  où tu  es un  personnage  public  (…) 

L’expérience  du  premier  album  nous  a  permis  de  ne  pas renouveler  un  certain  nombre  d’erreurs  commises.  On  a  appris  que  le  temps  passé dans  un  studio,  c’est  de  l’argent.  Plus  question  de  glander,  cette  fois-ci,  on  y  est entré  en  sachant précisément  ce  qu’on  avait  à  faire.  On  a  donc  gagné  en  efficacité.

 

« Ce  succès  immédiat  nous  a  appris  que  la  musique  est un  média  très  important,  qu’elle  peut influencer  les  gens.  En  ce  sens,  on  a  mesuré  la  responsabilité  qui  était  la  nôtre  en  tant  qu’artistes. » 

 

La  rencontre  avec  les  producteurs  d’Organised  Noise  s’est  faite  tout naturellement……  won  traînait  dans  les  mêmes  coins  d’Atlanta.  Un  pote  commun  a servi de  relais.  Depuis,  on  passe  beaucoup  de  temps  ensemble.  Ça  fonctionne  à  50/50 :  on peut  passer  une  Journée  à  rapper  avec  eux  et  ça  les  inspire  pour produire  des  morceaux  et  vice-versa.  On  forme  un  peu  une  grande  famille  avec  les  autres  groupes  de leur  écurie.  On  projette  de  faire  un  album  commun  en  1997  (  )

« Tout  notre  travail consiste  à  apporter  quelque  chose  de  nouveau.  Pas  question  d’utiliser  les  mêmes musiques  recensées  partout  ailleurs.  Sur  cet  album,  on  n’a  utilisé  aucun  sample. En  l’enregistrant,  on  était  dons  un  état  d’esprit  particulier.  On  avait  réellement conscience  de  faire  quelque  chose  de  nouveau ; on  ne  s’était  fixé  aucune  limite,  tout était jouable.  Tout  comme  nos  influences  diverses  :  Eric  B  &  Rakim,  A  Tribe  Called Quest, Sade,  Bob  Marley,  Anita  Baker,  etc.  On  tente  du  mieux  que  l’on  peut  de  pousser  notre  inspiration  dans  d’autres  directions.  C’est  là  tout  le  concept  d’ Atliens : être original,  différent  du  reste.  Ne  pas  passer son  temps  à  critiquer  ce  que  font  les autres,  mais  plutôt  se  concentrer  sur  son  travail,  chercher  sa  propre  voie.  Le  prochain LP n’aura  peut-être plus  rien  à  voir  avec  celui-ci …  »

Souhaitons- le,  ce  serait  en  tout  cas  la  confirmation  définitive  que  l’on  tient  en  Outkast un  groupe  rare,  en  quête  perpétuelle  de  la  marque  d’exception.  Un  groupe  à suivre  de très près …

Outkast,  Atliens  LP  (La Face  Records/Arista/BMG)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *