fbpx
mercredi, décembre 12, 2018
Accueil > Dossiers > Killah Priest : Prêtre ou assassin ? (1998)

Killah Priest : Prêtre ou assassin ? (1998)

Propos recueillis par Charles Amadou

Le  protégé de Genius alias The GZA, après quelques passes d’armes, fait son entrée en grande pompe sur la scène hip hop, et annonce le premier volet de la saga Wu-Tang de cette année…

 

BN U : Depuis quand fréquentes-tu les membres du WU ?
Killah Priest : En fait, je les connaissais bien avant qu’ils ne se révèlent au public et pour tout te dire, Genius habitait comme moi Bedford-Stuyvesant à Brooklyn.

BN U : Genius est-il celui dont tu te sens le plus proche au sein du Clan ?
K.P. : C’est clair, il m’a beaucoup appris. Ce gars est intelligent, il a des lyrics tranchants et il est depuis longtemps dans la place. J’ai participé à son album, Liquid Swords (Geffen 1996 ) sur le titre « The 4th Chamber ». GZA m’a laissé, sur son album, mon propre morceau solo, « B.I.B.LE » ( titre que l’on retrouve dans Heavy Mental, ndlr), mon premier single, man ! Un jour, je ferai le clip de ce titre. GZA m’a donné ma chance, celle de montrer aux gens que j’avais du talent, plus que des possibilités.

BN U : Ce qui est vraiment étonnant, c’est qu’aucun des morceaux de Heavy Mental n’ait été produit par RZA…
TIM BOCK 2 (guest rapper sur l’album) : (souf­flant la parole à Priest) II aurait dû mais bon, RZA est constamment occupé et doit être présent sur tous les fronts. Tu sais, il n’est pas là mais son esprit demeure. En plus, il a vraiment fait confian­ce à des producteurs carrés et efficaces.

BN U : Puisqu’on parle production, c’est toi qui a produit le morceau-titre de l’album…
K.P. : Ouais, c’est ma première production. C’est vraiment un titre fort, puissant. Je l’ai construit avec Father Lord qui vient de dispa­raître… (silence). Heavy Mental est terrible­ment sombre… Au début, je voulais faire tout l’album dans cet esprit mais bon, si je fais du hip-hop, il faut qu’il y ait des beats. Et sur l’al­bum, des beats, man, il y en a et les meilleurs du moment… 4th Disciple, True Master, Qbase, Rakim, Arabian Knight etc. Mais, dans le futur, je ferai mon propre son. J’en ai plein en stock qui sont prêts pour d’autres rappeurs. Je viens d’ailleurs de produire un titre pour les « Makabees » en Angleterre.
Tim Bock 2 : Tu vois, l’esprit du WU, c’est ça. C’est comme un puzzle, chacun apporte une pièce manquante.
K.P. : C’est comme à l’époque des droits civiques, MALCOM X faisait son discours puis passait le micro à quelqu’un qui avait un mes­sage à délivrer, qui lui-même le donnait à un autre. C’est ce que nous essayons de faire à notre façon. Comme Genius l’a fait pour nous.

BN U : Cet album marque-t-il aussi le retour à un rap engagé ?
T.B.2 : Exactement. Les portes du hip-hop sont aujourd’hui fermées. Killah Priest donne les clefs et Heavy Mental va, je l’espère, ouvrir ces portes parce que ces temps-ci, il y beaucoup trop de MC’s qui racontent n’importe quoi…
K.P. : (en rappant) : « There’s too many phony mc’s out there this year… ». Il n’y a qu’une vérité…

 

“Killa”, c’est un surnom qu’on m’a donné. Le “H” à la fin du mot, ça ne donne plus Killa (prononcez R à la fin) mais Killah qui sonne “A” et permet une expiration. “AH”, c’est la respira­tion de la vie, ça fait comme ALLAH, le Tout-Puissant et par extension, la Vérité.

 

BN U : Quelle est la signification de ton nom ?
K.P. : « Killa », c’est un surnom qu’on m’a donné. Le « H » à la fin du mot, ça ne donne plus Killa (prononcez R à la fin) mais Killah qui sonne « A » et permet une expiration. « AH », c’est la respira­tion de la vie, ça fait comme ALLAH, c’est à dire DIEU, le Tout-Puissant et par extension, la Vérité. Avec mes instruments de rappeur — les mots, ma langue et ma bouche—, je vais « tuer » tout ce qui n’est pas vrai, tout ce qui est faux, la Religion avec un grand R, ses mensonges, la technologie qui dessert la plupart du temps l’homme, les magouilles du gouvernement et toutes sortes de portes négatives… « Priest » ? Parce que c’est ce que je suis ! Quand je te parle, je t’explique des choses, je « libère » des messages. Et dire que certains se sont imaginés que j’étais un tueur de prêtres…
T.B. 2 : De toute façon, quand quelqu’un de chez nous se pointe et veut démontrer une vérité, elle est tout de suite démentie. Tu dois, toi particulièrement, le savoir, les gens n’écou­tent que la valeur de ta face…

B.N. U : Et tous ces interludes sur la vie de Jésus, la trahison de Judas…
K.P. : Ah, tu parles des skids , et bien je les ai choisis parce que chacun me fait penser à un moment précis de ma vie. Tu sais, je crois en Dieu. Mais même s’il y a plusieurs types de Dieu, il n’existe qu’une Vérité. Je crois au Dieu qui est en chacun de nous.

B.N. U : Pourquoi avoir repris un discours de MALCOM X avant « Atoms to Adams » ?
K.P. : Man, ce gars avait vraiment un don divin. Quand il faisait ce discours dans la rue, il était ailleurs, dans un autre monde. Tout est imagé, fort, puissant. C’était un formidable orateur.

B.N. U : T’a-t-il plus influencé que Martin Luther King ?
K.P. : King m’a aussi influencé. Lui aussi était un grand orateur, intelligent, il avait avec lui la popularité parce qu’il prônait l’amour, la tolé­rance et la reconciliation. Mais, pense au fait qu’au même moment, un autre homme, tout aussi fort mais plus mordant que King, proposait tout simplement la séparation. Maintenant refléchis, imagine que les droits civiques n’aient pas fonctionné, Malcolm X (et ses idées) se seraient développés. Nous aurions peut-être obtenu nos propres institutions, nos écoles, une véritable indépendance…Au lieu de ça… BANG… BANG… Secret gouvernemental.
T.B. 2 : C’est ce qui s’appelle une mort « légale »!
Killah Priest Heavy Mental (Geffen)

Rappel

Killa Priest commence à rapper en 1982 avec Art Of War, et The Disciples Of Armageddon, avant de faire ses premiers enregistrements en guest sur les albums de Genius, Ol’ Dirty Bastard et Gravediggaz, une autre création de RZA.

One thought on “Killah Priest : Prêtre ou assassin ? (1998)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *