fbpx
dimanche, décembre 16, 2018
Accueil > En couverture > De Claude M’Barali à MC Solaar

De Claude M’Barali à MC Solaar

Par Elia Hoimian

 

Un jeune sorti de nulle part, un titre surprenant au refrain facile et entraînant, « Bouge de là »… et c’est le tube médiatique ! Une star potentielle était née : MC Solaar. Nous sommes en 1991. Souvenirs, souvenirs.

 

Alors qu’aux Etats-Unis, le Rap s’est imposé comme une musique incontournable depuis déjà plusieurs années, la France, bien longtemps après, découvre cette musique de rue. Elle jette un regard inquisiteur sur ses banlieues et découvre le rap à travers ses bandes de jeunes souvent décriées, affublées de tous les noms : voyous, casseurs et j’en passe.

S’il est vrai qu’il est difficile de discerner dans ces différentes bandes, le bon grain de l’ivraie, les Zoulous, eux ont décidé de passer (pacifiquement) à l’attaque… et les médias ont enfin suivi. Le rap, musique à facettes multiples peut être cool, entraînant, marrant. A l’écoute d’un disque rap inhabituel, j’ai décidé de rencontrer cette dernière version de rappeurs. Et M.C. Solaar est de ceux-là.

Devant le foisonnement des M.C., je lui pose donc la question classique.

 

Black News Magazine : Pourquoi MC Solaar ?

MC Solaar : M.C est un surnom. C’est comme ça que les potes m’appellent. Mais c’est aussi les initiales de mon nom. M pour M’Barali et C pour Claude. Et Solaar parce qu’en anglais, ça signifie énergie. Tu devines pourquoi…
BNM : De quel origine es-tu ?

MCS : Mais je suis originaire du Tchad. J’ai débarqué à Paris avec mes parents alors que j’avais un an. J’ai donc grandi dans la banlieue comme la plupart de mes copains.

BNM : Mais pourquoi as-tu choisi le rap ? N’as-tu pas profité du fait de son explosion pour t’y mettre aussi?

MCS : C’est vrai que les médias se sont emparés du rap il n’y a pas si longtemps, mais je fais du rap depuis quelques temps déjà. Disons que professionnellement, je chante depuis deux ans. M.C. Solaar, c’est moi et c’est aussi les autres. Nous sommes un groupe de sept personnes lorsque nous donnons des spectacles. On en a déjà fait dans quelques banlieues. Il y a aussi une jeune rappeuse. Celle que tu entends dans « Bouge De Là ». Il y a aussi des danseurs. Mais pour l’enregistrement du disque, mon copain Jimmy Jay qui est également D.J. est venu me donner un coup de main. Et tous, nous jouons ensemble depuis longtemps.
BNM : On a souvent identifié le rap comme un cri de colère des jeunes de la banlieue. Pourtant « Bouge De Là » est différent du rap classique tant par le contenu que par la musique.

MCS : Tu sais depuis Shuggarhill Gang, le rap a beaucoup évolué (merci !). « Bouge De Là » est entre le raggamuffin et le rap. Le rap n’exprime pas toujours le ras-le-bol de la jeunesse. C’est un moyen d’expression et en tant que tel, il peut avoir plusieurs formes.
Ecoute certaines chansons de Public Ennemy, Grandmaster Flash ou bien d’autres encore. Ce n’est pas toujours violent. C’est aussi marrant. C’est quelques fois des petites histoires de rue, de quartier. Et « Bouge De Là », c’est un peu cela. C’est une petite histoire de voisinage, marrante quoi !
BNM : Ton premier maxi est-il l’illustration du genre de mélodie que tu as choisie ?

MCS : Non, nous sommes en train de préparer un album qui va sortir bientôt. Tu verras qu’il y aura autre chose que le style de mon maxi. Il y aura des titres très dansants et d’autres très cool. Mais ce sera toujours du rap, rien que du rap.
BNM : Ne penses-tu pas que le rap est un effet de mode et comme tel, il passera ?

MCS : Non, je ne le pense pas. Dans tous les cas, c’est ce style de musique que j’ai choisi et je m’y tiendrai quoi qu’il arrive.

BNM : Raconte-moi un peu ton histoire. N’as-tu pas eu beaucoup de difficultés dans la recherche d’un producteur comme c’est souvent le cas ?

MCS : Non, pas vraiment. J’ai présenté ma maquette à Philippe Ascoli qui connaît bien le rap et il m’a dit OK. « Bouge De Là » étant le morceau le plus achevé, on a donc décidé de le sortir.

MC Solaar, « Bouge De Là », Polydor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *