fbpx
lundi, juillet 23, 2018
Accueil > Genres > Hip Hop > Das EFX : Le style roughneck

Das EFX : Le style roughneck

Propos recueillis par Arnaud Fraisse

L’histoire de Das EFX ressemble  à un conte de fées.  II y a deux ans, ils  étalent encore  à l’Université de Virginie. Après un passage  dans un concours rap, où  EPMD était parmi  les jurés, ils  sont  remarqués par ces derniers qui leur font enregistrer un titre. Le  style  Das EFX, qui va inspirer nombre  de rappeurs actuels, était né.

Black  News : Quel est le concept de Das EFX ?

Krazy  Drayz : « Straight  From Da Sewer » (venus tout  droit  des égouts)  parce  que c’est ce qu’il y a de plus underground.

BN : Vos textes parlent  beaucoup de  dessins animés, de séries TV

D.E. : II n’y  a pas  de raison particulière à cela. Certains  parlent d’armes ou de gangs, pas nous.  Nous écrivons  à partir de n’importe quoi, de tout ce qui peut nous inspirer.

BN : Votre album s’intitule pourtant Dead Serious …

D.E. : Oui, mais nous utilisons les images que véhiculent  ces dessins  animés pour parler de choses sérieuses. Nous ne sommes pas un groupe  comique, nous en sommes même loin, ni un groupe de « cartoon ».  Nous sommes sauvages.

BN : Quel a été le rôle d’EPMD  sur votre album  ?

D.E. : Ils n’y ont presque pas participé. Ce sont simplement  nos managers. Des amis, Solid  Scheme, Chris  Charity et  Derek Lynch, se sontoccupés de la production de notre album. EPMD nous a simplement introduits  dans le business.

BN : Vos morceaux ne  sonnent pourtant pas comme  ceux des autres membres du Hit  Squad. Vous  utilisez moins de P-Funk que Redman ou EPMD …

D.E. : Le P-Funk n’est pas vraiment notre truc. Nous sommes  tous des individualités et nous avons chacun notre propre style. Nous n’allons pas sonner de la même manière, puisque de toute  façon nous sommes ensemble. Ce n’est pas  la chose à faire. Nous utilisons des samples  underground, soul…

BN : Vous êtes devenus célèbres et beaucoup de groupes s’inspirent  désormais de votre façon de rapper ou vous imitent. Comment prenez-vous cela  ?

D.E. : C’est cool. Nous nous sentons flattés, tant que ces  groupes savent qui sont les premiers  à avoir crée ce style…

« Nous utilisons les images que véhiculent les dessins  animés pour parler de choses sérieuses.  Mais nous ne sommes pas groupe de « cartoon ». Nous sommes sauvages. »

 

BN : Qu’a change le  succès pour Das EFX?

D.E. : Pas grand-chose, mis à part notre train de vie. Tu sais, nous sommes un groupe roughneck.   Nous  sommes   plus occupés, on essaie de faire les  mêmes choses qu’avant, bien  que nous n’ayons plus le temps de fréquenter les mêmes lieux. On a déménagé  ; maintenant,  nous habitons dans des maisons plus grandes.

BN : Votre  concert a Paris a été  quelque peu mouvementé ?

D.E. : Ah ! Bon ? Du moment  que  le  show  s’est bien passé… Les choses en sont peut-être venues aux mains  mais tu sais, c’est le hip-hop. On ne s’attend pas à ce que les gens soient calmes et que tout  le monde fasse « Chhhhut ! »

BN : Quels sont vos rapports avec  Erick Sermon et Parrish Smith depuis leur séparation ?

D.E. : Ça se passe bien avec les deux. Leur rupture ne regarde qu’eux.  Nous les  considérons toujours comme un seul ensemble : EPMD. De toute façon, nous devons d’abord nous préoccuper de notre travail.

BN : Où en est le Hit Squad  ?

D.E. : II faut attendre et voir… Nous travaillons sur notre  album qui devrait sortir, en  novembre. Redman fait la même chose, idem pour Parrish Smith,  les Knucklehedz ont  une vidéo qui tourne bien et  Hurricane G termine son album. K-Solo ne fait plus partie du Hit Squad. II faut attendre et voir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *