fbpx
samedi, octobre 20, 2018
Accueil > A La Une > Chanté Moore : Le r&b glamour

Chanté Moore : Le r&b glamour

Propos recueillis par Elia Hoimian /  Traduction :  Aimée Djimi

 

La grâce féline d’Iman, la candeur énigmatique de Sade, la prestance vocale d’Anita Baker, Chanté Moore a été la surprise et une sensation de l’année 1993 avec Precious, son premier album. La diva nous explique ici les choix des artistes R&B.

 

Voilà l’image que les veinards du Montreux jazz Festival de l’année dernière ont pu voir, une expérience qui marquera certainement Chanté Mooré pour longtemps, et dont elle parle avec une satisfaction à peine dissimulée. « C’était mon premier live et j’étais tellement impressionnée. Je me suis rendu compte qu’il fallait encore beaucoup travailler pour aller de plus en plus loin ». Une lucidité attachante tout à l’honneur d’une future diva R&B, qui vient de nous livrer un précieux premier album, riche d’une soul « smooth », comme savent le faire les grandes voix américaines.

Cette aventure, elle la mène avec une kyrielle de producteurs confirmés : Georges Duke, BeBe&CeCeWinans, Simon Law, Vassal Benford… et les apports vocaux de Keith Washington, Stanley Clarcke, Everett Harpp, parmi tant d’autres.

Née à San Francisco d’un pasteur baptiste, Chanté a été bercée par les cantiques et les chants divins des grandes voix gospel. « Aujourd’hui encore, je n’écoute essentiellement que du gospel, the Commotion, BeBe&CeCeWinans, et également beaucoup de Soul », avoue Chanté que le Rap ne semble pas toucher. « Le rap me donne des maux de tête », avoue-t-elle.

Ex-mannequin, profession qu’elle a exercée pendant quatre ans, Chanté Moore commence à fredonner des airs à l’âge de 16 ans. Puis, c’est le circuit classique. Elle enregistre des démos, chante dans des clubs de la ville. « Les gens appréciaient ma voix et m’ont donnés envie d’aller plus loin », se souvient-elle. Elle rencontre ensuite son manager, entre en studio pour donner corps à ses chansons, qu’elle emmène dans tous ses déplacements. Sa rencontre avec Louis Hallis débloquera sa situation.

 

« C’est vrai que la moitié des artistes soul ne parle pas des problèmes de société, mais il y en a tellement qui en parlent que les artistes ont besoin de souffler un peu. Bien que ces problèmes soient importants, on a aussi besoin de parler d’amour… »

 

« Louis m’a dit qu’il aimait beaucoup mes chansons mais qu’il n’était pas disponible pour le moment. Il a néanmoins promis de m’assister dans mes démarches. » Avec une participation à l’album d’El DeBarge et la composition de lyrics sur son album instrumental, Chanté est prête à s’attaquer au sien, et choisit comme producteur principal, Georges Duke, avec qui elle a travaillé sur sept titres. « Georges a été le premier nom qui m’est venue à l’esprit parce que j’adore sa musique et il est plein de talent ». Bien que la totalité de l’album soit complètement soul Américaine, héritage oblige, Love’s Taken  Over, produit par l’Anglais Simon Law a une forte empreinte brit streetsoul.

« Je n’ai pas, sciemment, voulu faire un son spécifique.  Je n’ai pas réfléchi au son et aux paroles. J’ai juste écrit ce que je ressentais sur ce que me proposait Simon. »

Bien que vivant à Los Angeles, Chanté Moore n’a pratiquement pas vécu les récents événements : « J’étais consciente de ce qui se passait, et j’étais très effrayée mais vivant à l’extérieur de la ville, j’etais très protégée. Donc, je ne l’ai pratiquement pas vécu, cette émeute ». Une dérive d’une société qui fait peu de cas des minorités et particulièrement des Noirs. Et sur ce terrain, social, la plupart des chanteurs soul ne se risquent pas. Sur ce thème, Chanté est également assez mesurée : « C’est vrai que la moitié des artistes soul ne parle pas des problèmes de société, mais il y en a tellement qui en parlent que les artistes ont besoin de souffler un peu. Bien que ces problèmes soient importants, on a aussi besoin de parler d’amour, des relations avec les gens, des choses que l’on peut contrôler. Je ne peux pas changer le monde, je travaille à ma façon pour que les choses aillent mieux, je le fais d’une manière différente. »

 

« Je ne peux pas être Arrested Development, je n’essaye même pas d’être aussi politisée qu’eux (…) Ce n’est pas parce que je traite des sujets d’amour dans mes compositions, que je ne suis pas consciente de la situation. »

 

BN : Mais pendant combien de temps encore allez-vous parler d’amour ? Vos aînés le font depuis des lustres.  Ne penses-tu pas que soul a besoin de revoir sa copie, surtout celle de ta génération ?

Chanté Moore : Je suis à moitié d’accord avec toi, mais je ne pense pas que tous les artistes doivent agir de la même façon. Il y a Arrested Development qui est un groupe très politisé, et Chanté qui ne l’est pas. Moi, je suis plus mesurée au niveau de mes paroles. Je ne blâme pas les autres, mais j’agis à ma manière. Je ne peux pas être Arrested Development, je n’essaye même pas d’être aussi politisée qu’eux. J’essaie plutôt de m’approcher de la solution et, la solution, c’est l’amour, la paix. Ce n’est pas parce que je traite de sujets d’amour dans mes compositions, que je ne suis pas consciente de la situation. Je sais bien qu’il y a des choses horribles qui se passent, je sais également que je peux me faire violer, voler, ou passer des très mauvais moments. Mais dans l’amour, il y a aussi des mauvais moments, le tout, c’est de s’en sortir, quel que soit le temps que ça prendra.

« Je suis africaine-américaine », clame Chanté Moore. Mais presque trois mois après sa sortie, elle n’a pas encore vu Malcolm X, la biographie du plus grand Africain-Américain, qui a payé de sa vie son attachement au bien-être et à la dignité de son peuple.

« J’étais en tournée, mais d’après ce qu’on m’en a dit, c’est un film superbe, et on devrait encourager Spike Lee et tous ceux qui ont participé. Je suis très fière de toute cette vague de black film markers. Ils ont une approche différente et unique du cinéma, et c’est un plus pour notre communauté. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *