fbpx
Accueil > Dossiers > Ces femmes des 90’s : Aaliyah, la révélation

Ces femmes des 90’s : Aaliyah, la révélation

Par Frédéric Messent

 

Parmi les révélations de ces douze derniers mois, Aaliyah doit incontestablement sa renommées actuelle à son mentor (et aujourd’hui, prétendu mari) R.Kelly que l’exercice qui s’achève retiendra comme le personnage le plus en vue de la scène R&B.

 

Native de Detroit, la nouvelle venue se voit propulsée dès ses débuts en tête des charts US avec le single »Back & Forth ». Elle ajoute, qui plus est, à l’intérêt qu’elle suscite auprès de ses premiers fans, en s’appliquant à entretenir le plus grand mystère autour de son nom, son âge (on la dit âgée d’à peine plus de quinze ans) ainsi que des relations extra-professionnelles, qu’elle entretiendrait avec son producteur. Le décor est immédiatement planté en guise de préambule à notre entretien dans le salon d’un hôtel parisien, une attachée de presse de BMG-France me prie d’éviter toute allusion avec le sujet en question et comme si cela ne suffisait pas, une accompagnatrice prêtre à censurer à la manière des commissaires politiques de l’ex-URSS assiste à notre conversation…

Aaliyah donne à première vue l’impression de ne pas avoir réalisé sa célébrité si soudaine et surtout l’inévitable lot de contingences qui en découle (show cases, interviews…). « J’étais évidemment plus à l’aise en studio ; je ne voulais pas que tout le monde me voit en train de chanter. C’est pourquoi j’ai enregistré la plupart du temps dans l’obscurité. Il me suffisait alors de fermer les yeux et suivre les instructions de Robert. Il est on ne peut plus perfectionniste, et nous avons travaillé ainsi ligne par ligne… »

Tous deux se sont rencontrés peu après la sortie de Born In The 90’s, le premier album de Kelly par l’intermédiaire de son manager, Barry Henderson, lequel se trouve être également l’oncle d’Aaliyah. Kelly cherchait alors une chanteuse pour son nouveau label Blackground Entreprises, distribué par Jive. Dans une interview à notre confrère américain YSB, ce dernier avouera même avoir craqué pour la jeune demoiselle, dès leur première rencontre : « J’ai immédiatement su qu’elle avait quelque chose de spécial, avant même qu’elle ne prononce le moindre mot, j’ai été définitivement convaincu dès qu’elle s’est mise à chanter. »

Bien qu’enregistré avant, il faudra attendra l’arrivée de 12 Play, un second album qui catapulte R.Kelly au sommet du box-office des artistes/producteurs, pour assister à la sortie de l’album au titre prémonitoire Age Ain t’ Nothing But A Number, lequel marque les débuts de sa protégée. Aaliyah affirme ne pas vouloir voir sa personnalité affectée par le feu des projecteurs. Elle est d’ailleurs suffisamment bien entourée pour savoir la versatilité de ce milieu. C’est pourquoi affirme-t-elle, elle a décidé d’attendre le moment propice avant de véhiculer des textes plus engagés… sur un deuxième ou troisième album. Dont acte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *