Accueil > En couverture > Kobe Bryant, la légende du Black Mamba

Kobe Bryant, la légende du Black Mamba

Par Lise-Marie Ranner-Luxin
Le 26 janvier Kobe Bryant tirait sa révérence définitive, dans un crash d’hélicoptère. Derrière la star du basket, il y avait également un oscarisé et un homme investi dans l’humanitaire. Deux faces d’une même médaille.

Au Panthéon du basketball il y a deux dieux, Michael Jordan et Kobe Bryant. Le 13 avril 2016, Kobe Bryant fait ses adieux. C’est son dernier match en tant que joueur professionnel. Le légendaire numéro 24 des Lakers envoie un baiser au public, lâche son micro en prononçant « Mamba out !» Un geste qui sera repris par Barack Obama pour son dernier diner d’adieu devant les journalistes à la Maison Blanche. Le 26 janvier 2020, Black Mamba a joué le dernier match de sa vie, ses adieux sont, cette fois, définitifs : il disparaît tragiquement avec sa fille Gianna surnommée Manbacita, dans un tragique accident d’hélicoptère au-dessus de Calabasas près de Los Angeles.

Chronique d’une mort annoncée

Ce dimanche 26 janvier Gianna doit participer à la Coupe Mamba un tournoi de basket-ball. Kobe n’a que des filles, quatre. Pourtant c’est de Gianna dont il est le plus proche. Quand les supporters des Los Angeles Lakers lui demandaient s’il ne regrettait pas de n’avoir eu que des filles, Kobe Bryant souriait. Il savait qu’il avait trouvé son héritière. « C’est quelqu’un de spécial quand elle joue au basket, » avait expliqué le quintuple champion NBA en 2018 lors de la célèbre émission de Jimmy Kimmel. Lorsque des fans me disent devant elle, « il faut que tu ais un garçon pour qu’il poursuive la dynastie », Gianna répond : « Je m’en occupe, ne t’inquiète pas ».

Kobe et Gianna Bryant

Fan de basket depuis son plus jeune âge, elle avait Kobe Bryant pour coach à la Mamba Academy, une structure pour les jeunes sportifs. Gianna ambitionnait de rejoindre la ligue professionnelle américaine féminine (WNBA). Très prometteuse, elle intéressait, à seulement 13 ans, les plus grandes universités américaines et franchises de la WNBA, le championnat professionnel féminin. Le tournoi qu’elle doit disputer ce dimanche 26 janvier est donc très important pour la fille de Kobe Bryant. Et il le sait. Pour encourager et supporter sa fille, Kobe embarque dans son hélicoptère la Mamba Chopper, son amie Alyssa et ses parents John Altobelli, célèbre entraîneur de baseball, sa femme Keri ainsi que d’autres amis de la famille. Ils sont neuf à prendre cet hélicoptère ce jour-là. La météo n’est pas très clémente, mais l’icône des Los Angeles Lakers a l’habitude de voler pour éviter les bouchons de Los Angeles. « La situation météorologique ne répondait pas à nos normes minimales de vol », expliquait un porte-parole de la police. Qui a donc pris la décision fatidique de voler malgré l’épais brouillard qui enveloppait la région au moment du drame ? Peu avant 10 heures (heure locale) et selon des témoins oculaires, le moteur de l’hélicoptère aurait toussé avant de s’écraser sur une colline, provoquant un feu de broussailles. Le pilote avait pourtant été averti qu’il volait trop bas quand il était passé au-dessus du zoo de Los Angeles. « Notre équipe examinera l’historique du pilote et de l’équipage à bord », a déclaré Jennifer Homendy, du NTSB (agence américaine chargée de la sécurité dans les transports). « Nous examinerons les dossiers d’entretien de l’hélicoptère. Nous examinerons les dossiers du propriétaire et de l’exploitant de l’hélicoptère et un certain nombre d’autres choses », a-t-elle poursuivi.

La naissance du Black Mamba

Au début des années 2000, Kobe Bryant est à l’apogée de sa carrière. Plus jeune joueur de l’histoire à devenir All Stars à 19 ans, il cumule les titres de champion de NBA en 2000, 2001 puis 2002 avec les Los Angeles Lakers. Au firmament de sa carrière, le jeune prodige est en convalescence après une arthroscopie d’un genou. En 2003, il est accusé de viol par une employée du luxueux complexe hôtelier dans le Colorado où il séjournait. Il nie l’accusation de viol, mais reconnait devant la justice avoir eu une relation sexuelle consentie avec la jeune femme âgée de 19 ans au moment des faits. Il échappe au procès après avoir conclu en 2004 un marché avec la victime. Cet épisode traumatisant de sa vie le marquera à tout jamais.

Dans son documentaire « Kobe Bryant’s Muse” sorti en 2015 il raconte que c’est à ce moment précis et en regardant le film de Quentin Tarantino Kill Bill qu’il a l’idée de son surnom « The Black mamba », du nom du redoutable serpent. Il explique que c’est en passant de la gloire au sommet de son art à celui qui n’avait plus d’avenir du tout et qui allait sans doute passer un grand nombre d’années en prison, ou même qui n’allait plus continuer à vivre du tout qui a été le déclic. Hué sur les stades, sa réputation est tellement ternie, qu’il lui faut un avatar, un alter ego pour s’en sortir aussi bien sur le terrain judiciaire que sportif. Le Black Mamba est né et il va sortir ses crocs. Rien ne peut plus l’arrêter et se mettre en travers de son chemin. Le phénomène est tel que même les fans s’approprient le Black Mamba. Nike qui ne l’a pas lâché crée une publicité dans laquelle Kobe Bryant se retrouve face au producteur Robert Rodriguez, qui lui propose de faire un film sur le Black Mamba, et jusqu’au président Barack Obama qui s’en inspire pour son discours d’adieu.

Le court-métrage couronné par un Oscar
Mamba Out, Bryant in !

Après ses adieux professionnels, l’icône du Basket avait choisi une reconversion qui s’annonçait tout aussi prestigieuse que son palmarès. Ses contrats publicitaires, dont celui avec Nike lui ayant rapporté plusieurs millions de dollars, Kobe Bryant décide de devenir un investisseur et un entrepreneur à succès. Le crotale n’a plus besoin de mordre. Il développe un concept appelé la « Mamba Mentality » qui deviendra un art de vivre dont le principe consiste à s’améliorer chaque jour.

Concept qui lui rapportera : en 2016, il crée Granity Studios qui va tout en adoptant ce mantra, le développer autour du storytelling. Car c’est en racontant une histoire, qu’on entreprend selon lui. Il écrit donc lui-même Dear Basketball, un court métrage animé, et remporte l’Oscar en 2018. Sa percée en tant que producteur de cinéma est fulgurante, et même si son film préféré est The Godfather, il préfère se diversifier en se lançant aussi bien dans le divertissement avec des Podcast pour enfants que l’édition. En effet, Granity publie dans la foulée des romans pour de jeunes adultes avec comme thème le sport et le fantastique, deux univers nés de l’imagination de Kobe Bryant. L’ancien joueur de la NBA avait créé en 2007 VIVO devenue depuis la Fondation de la famille Kobe et Vanessa Bryant qui vient en aide aux familles dans le besoin aussi bien aux Etats-Unis qu’à l’étranger. La fondation finance des programmes et des bourses d’étude pour les minorités. Après l’ouragan Katrina, VIVO avait emmené huit garçons de la Nouvelle-Orléans ravagée par la tempête à Los Angeles.  Il n’oubliait pas pour autant sa première passion le basketball, puisqu’il avait également fondé la Mamba Sports Academy au sein de laquelle il entraînait sa fille Gianna.  Et comme les Dieux ont leur Panthéon, le Hall of Fame de la NBA va honorer dès cette année le numéro 24 des Lakers au Panthéon du sport. Rendez-vous donc pris le 29 août 2020 pour une intronisation à la hauteur de son talent, de son palmarès, de sa légende.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *