fbpx
jeudi, novembre 22, 2018
Accueil > Antoine Wave Garnier > RIP Antoine "Wave" Garnier : le "Rap-porteur"

RIP Antoine "Wave" Garnier : le "Rap-porteur"

Parce qu’il est important de reconnaître les mérites des nôtres, parce que nul autre que nous-mêmes ne pouvons mieux écrire notre histoire, il faut savoir honorer ceux qui ont activement milité et participé à la popularisation d’une culture jugée marginale. Journaliste-sociologue iconoclaste, intègre et fin connaisseur comme nul autre du rap US, Antoine était la caution et l’âme hip-hop de notre magazine. Spécialiste des exclusivités, il nous a permis d’être l’une des références du genre dans le paysage médiatique français. Antoine aurait eu 52 ans ce 7 mars. Il est malheureusement décédé le 20 janvier 2009. Black News te célèbre ici, mon ami, mon frère, mon jumeau idéologique. Big Up Bro ‘ !!! Rest In Peace ! See you soon !  EH

 

Les Suprêmes / La révolution vibracultic (2006)

Les années 80 ont placé sous les projecteurs mondiaux une culture artistique, singulière, expression de la dénonciation et de la rébellion d’un groupe d’Américains : celle des jeunes urbains, pauvres et exclus. Animés par une force mentale étonnante, des gamins, dont on se souciait peu, ont su mêler leurs créativités et génie, force de caractère et persévérance, pour franchir des barrières considérées, dès l’origine, comme infranchissables, et se hisser sur la plus haute marche de la représentation internationale. Contre toute attente, ils ont réussi à devenir des superstars planétaires. Les Suprêmes, c’est eux ! Antoine « Wave » Garnier

 

 

Souffle, au cœur de la génération Hip-hop Tome 1 & 2 / Entre New York et Paris (1986-2003)  (Editions Alias, 2003)

La bible du hip hop. Rédigé sous forme de récit autobiographique, cet essai raconte la vie d’un fan qui va à la rencontre d’une ville, New York, la Mecque du hip-hop. Ce sont dix ans d’histoire du genre raconté par un étudiant en sociologie qui devient le « rap-porteur » le plus érudit sur le sujet. Antoine « Wave » Garnier est sans aucun doute le spécialiste du hip-hop new yorkais en France. C’est tout son parcours, ses rencontres avec les plus grands artistes du genre, ses anecdotes sur cette ville qui a vu naître le mouvement le plus important de ces vingt dernières années qu’il raconte avec force détails, en live, dans cette véritable encyclopédie de plus de 300 pages. EH

Comprendre le Rap par Antoine Garnier (BOP Edition, 1998)

Rapologique ! Un terme qui fait désormais partie du lexique des magazines français et dont certains critiques « avisés » abusent sans vraiment en saisir la substance. Une expression lancée par le « Rap-porteur », comme il se qualifie lui-même, Antoine Garnier, correspondant de presse pendant plusieurs années pour la majorité des magazines spécialisés hexagonaux, mais aussi américains et anglais, notamment The Source, Vibe, True, Flavor, Shade.
Réalisateur de « Rap Story » pour l’émission Culture Rock sur M6 et d’un documentaire, « Une Journée à New York » – où il a vécu pendant une dizaine d’années -, il est le concepteur-programmateur de « Caméra Graffiti » sur la Cinquième, après avoir créé, en 1997, « Check ça », l’émission de rap leader sur sa tranche horaire sur Fun Radio.
Diplômé d’un DEA de sociologie sur la « Civilisation américaine », et consultant de l’Ambassade française à New York sur la programmation du panel « New York & Rap : Rap and Society », c’est à travers les expressions employées dans le rap, recentrée dans leurs contextes, des représentants d’une certaine culture américaine, qu’il vous invite à pénétrer, et ainsi, à mieux comprendre l’univers d’une jeunesse face à l’adversité de cette société… Elia Hoimian, Rédacteur en chef de Black News / Editeur

Antoine « Wave » Garnier le chroniqueur du Rap Par Lise-Marie Ranner-Luxin (Journaliste)

Antoine Garnier est le premier à avoir compris en France l’importance de la culture HIP HOP. Il en a même fait son sujet de thèse à l’université de Paris 8. Je l’ai rencontré à Black News l’un des rares magazines de culture noire fondé par un Noir, Elia Hoimian. Nous sommes au début des années 90 et c’est une petite révolution dans le milieu de l’édition. Révolution c’est le mot qui convient, c’est le cri que poussent des artistes comme Tracy Chapman ou Arrested Development, car à l’époque nous vivions une véritable révolution culturelle que les jeunes de maintenant ne peuvent pas comprendre. C’est encore l’Apartheid mais Madiba sort enfin de prison, Spike Lee fait un tabac avec la sortie de Malcom X et Toni Morrison vient d’obtenir le prix Nobel de Littérature.

Lire la suite de l’article :

Antoine Garnier par Essimi Mévégué (Journaliste/producteur Ubiznews)

Avant de connaître Antoine Garnier, le journaliste, le sociologue et enfin l’homme, j’ai lu Antoine Garnier. La première fois, c’était durant l’été 1992 dans le magazine de culture noire Black News. Antoine avait interviewé en exclusivité pour la France le groupe de rap américain PETE ROCK AND CL SMOOTH, dont j’étais fan durant ma période lycéenne en raison de leur titre « They Reminisce Over You ». J’ai découvert un style d’écriture, incisif et percutant, que je n’avais jamais vu ou lu auparavant venant d’un journaliste français parlant de culture hip-hop durant cette période. Antoine avait toujours ce souci dans ses écrits de restituer la culture hip-hop et urbaine dans un contexte social et politique.

Lire la suite de l’article

« Antoine » Par Jean-Bernard Gervais (Journaliste, écrivain)

Nous nous sommes connus à Black News, avec Antoine. De fait on ne se fréquentait guère. Lui, c’était monsieur Rap, plus souvent à New York qu’à Paris, et moi M. Littérature, la tête sans cesse penchée sur le dernier roman black francophone, pour en faire la chronique. Antoine me regardait avec curiosité, moi aussi, du reste, car la vraie star du journal, c’était lui, non moi. Il pigeait un peu partout, Antoine, d’abord à l’Affiche, Black news, puis plus tard à Radikal, Fun Radio, M6…Et puis, un jour, je ne sais plus comment ni pourquoi, je l’invitais à la maison.

Lire la suite de l’article

« Le souffle d’Antoine » par Médina (communication digitale)

Antoine Garnier, journaliste, animateur radio, manager, afro conscient, ami… nous a quitté bien trop tôt à un moment clé de l’histoire afro américaine : l’accession du premier noir à la magistrature suprême à la Maison Blanche.
Maintenant qu’Antoine est souvenirs, ce sont des moments d’une intense vérité, de partages, de passions et de délicatesse qui refont surface. Je me permets de rendre hommage à travers mon prisme à celui qui m’a profondément marqué ainsi que de nombreux passionnés du hip hop des premières heures.

Lire la suite de l’article

Par Pascal Bod (Directeur Marketing/Universal Music)

Antoine a été pour moi une « toile filante. Je l’ai beaucoup vu , beaucoup croisé. On s’est parlé sur le tard et cela a été une vraie révélation. Un personnage cet Antoine. Intègre voir même buté mais toujours une force qui l’animait une rectitude qui me plaisait et que j’admirai. Sa connaissance pour la genèse du hip hop me fascinait. Il m’a fait apprécier KRS One son mentor. On avait de belles discussions dans mon bureau. Je suis fier de lui avoir ouvert les portes de ce bureau entre midi et deux. C’est là qu’il venait corriger, et imprimer le manuscrit qui deviendra son premier livre Les Suprêmes. .
Antoine, il restera à jamais dans mon cœur et ma tête. C’est un grand frère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *