fbpx
mercredi, décembre 12, 2018
Accueil > Antoine Wave Garnier > « Antoine Garnier » par Essimi Mévégué

« Antoine Garnier » par Essimi Mévégué

Journaliste/Producteur Ubiznews, la chaîne Infomusement

Avant de connaître Antoine Garnier, le journaliste, le sociologue et enfin l’homme, j’ai lu Antoine Garnier. La première fois, c’était durant l’été 1992 dans le magazine de culture noire Black News. Antoine avait interviewé en exclusivité pour la France le groupe de rap américain Pete Rock And CL Smooth, dont j’étais fan durant ma période lycéenne en raison de leur titre « They Reminisce Over You ». J’ai découvert un style d’écriture, incisif et percutant, que je n’avais jamais vu ou lu auparavant venant d’un journaliste français parlant de culture hip-hop durant cette période. Antoine avait toujours ce souci dans ses écrits de restituer la culture hip-hop et urbaine dans un contexte social et politique. Il avait une vision noire. La question Afro était essentielle à ses yeux. Il écrivait toujours d’un point de vue d’un journaliste noir dans un contexte français. Si on veut connaître et comprendre le contexte social et politique de la jeunesse noire en France durant les années 90 et début 2000, il faut lire Antoine Garnier. C’était un sociologue, un intellectuel de la culture hip-hop.

Ma première rencontre avec lui remonte à mon premier entretien au magazine Black News pour devenir journaliste/pigiste durant l’été 1995. J’étais dans le bureau de Elia Hoimian le directeur de publication du magazine et j’étais assis à côté d’Antoine sans savoir qui il était. Il était discret en ma présence, il parlait peu. C’est Elia qui fit les présentations. J’ai dit simplement à Antoine que j’appréciais énormément son travail et que c’était un source d’inspiration pour moi. Par la suite, j’ai appris à connaître l’homme. Antoine ne se livrait pas beaucoup sur lui. Nos rapports étaient souvent professionnels, il me conseillait et m’apprenait  beaucoup sur le métier de journaliste dans la presse rap. Son avis sur la culture hip-hop, sur la question des Noirs en France et aux États-Unis m’a permis d’approfondir ma connaissance sur ces sujets essentiels.

Antoine est décédé d’une crise cardiaque le 20 Janvier 2009. Sa mort m’a beaucoup attristé, car je l’ai trouvé vraiment injuste. Antoine vivait depuis quelque temps au Canada, car il avait décidé de quitter la France en raison d’un manque de reconnaissance de son travail et de la difficulté pour un homme noir d’avoir sa place dans la société française. Il est pour moi, le plus grand journaliste français dans la presse rap à ce jour, « a french hip-hop legend » selon Bill Adler, ancien directeur de la publicité du célèbre label Def Jam durant les années 80. J’ai perdu un mentor, un ami, un frère…

One thought on “« Antoine Garnier » par Essimi Mévégué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *