fbpx
lundi, juillet 23, 2018
Accueil > Portraits > American Kidmania : Dru Hill, le son de Baltimore (1997)

American Kidmania : Dru Hill, le son de Baltimore (1997)

Par Lionel « Mel » Mévégué

 

Dru Hill a débarqué en 1996 avec l’album éponyme certifié platine. Leurs chemins se sont ensuite séparés après trois albums, pour se retrouver l’année dernière sur un « Christmast » album. Portrait des kids de Baltimore.

 

Dru Hill, ce sont quatre kids de Baltimore fans de Four Tops et des Temptations. est un combo R&B aux allures de Jodeci tant dans les harmonies vocales que dans la tenue vestimentaire. « Nous avons choisi ce nom car c’est celui du point névralgique de Baltimore. et nous voulons pla­cer notre ville au centre du paysage musical. » Leur premier album éponyme est produit par Darryl Simmons (TLC, BabyFace), Tim Dawg (Lost Boyz) et Keith Sweat. Grâce au single « Tell Me«  —qui figure sur la bande originale du film Eddie (inédit en France) — Sisquo (le leader), Nokio, Woody et Jazz ont pu se faire connaître du grand public. Aujourd’hui, pour lancer un artiste, la bande originale est deve­nue incontournable dans la stratégie marketing d’une major. Et Dru Hill n’a effectivement pas échappé à la règle. Bilan : le single est disque d’or et le groupe a pu venir se produire en show-case le 4 février dernier au Divan du Monde à Paris. Une prestation scénique passable, malgré leur dire : « La différence entre nous et la plupart des groupes R&B est que nous faisons le spectacle sur scène ».

Pour le show il faudra repasser mais qu’importe. Dru Hill est quand même le deuxième quatuor, après les légendaires Isley Brothers à signer chez Island. Espérons qu’ils réussiront le même parcours que leurs prédécesseurs. Com­bien de groupes ont aussi vite disparu qu’ils sont apparus ? 1997 sera-t-elle l’année Dru Hill, comme le dit si bien la pochette de l’album ?

Dru Hill Bru Hill (Island)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *